maxresdefault.jpg

L’attaque du barbecue de l’espace

Épisode numéro 2 du HatGeek sur le hardware informatique embarqué dans quelques-uns des objets spatiaux connus. La ressemblance de Spoutnik 1 avec un barbecue n’est pas validé par l’ex URSS. Néanmoins on peut s’en amuser.

Synopsis :

Spoutnik 1, lancé le 4 octobre 1957 par l’URSS, est le premier engin placé en orbite autour de la Terre et marque le début de l’ère spatiale. Conçu par l’ingénieur Sergueï Korolev, il s’agissait d’une sphère de 58 cm de diamètre, pesant 83,6 kg. Sa seule fonctionnalité a été l’émission d’un « bip-bip »,  sur les fréquences radio de 20 et 40 MHz. 3 mois après son lancement, Spoutnik 1 c’est désintégré dans l’atmosphère, après l’usure complète de ses batteries, le 4 janvier 1958. Humilié les américains jurent d’être les premiers hommes à marcher sur la lune …

Détails :

• L’AGC « L’Apollo Guidance Computer » : C’est l’ordinateur embarqué de navigation et de pilotage installé dans les vaisseaux spatiaux des missions Apollo. Conçu par la société MIT Instrumentation Laboratory sous la direction de Charles Stark Draper. C’est l’un des premiers ordinateurs à avoir recours aux circuits intégrés. Il y avait un AGC dans le module de commande et un autre dans le module lunaire Apollo.

Fréquence : un quartz à 2 MHz
Mémoire : 16 Bit, 4Ko en RAM et 64Ko en ROM
Poids : 32 Kg

• Les navettes spatiales : elles étaient contrôlées par des AP-101B puis AP-101S configurés par quatre de façon redondante, avec un cinquième en backup. L’AP-101B des navettes spatiales étaient issues d’une conception remontant à 1972. Il était constitué d’un CPU et d’un IOP, pesant chacun environ 26 kg.

Fréquence : 400 kHz
Mémoire : 32 Bit, 208 Ko (160 Ko pour le CPU et 48 Ko pour le IOP)
Poids : 51,8 Kg
Consommation : 650 watt

Mars Science Laboratory : rebaptise du nom de son rover Curiosity. Qui a pour rôle d’explorer la planète mars, sur laquelle il a atterri le 6 aout 2012. Le rover dispose de deux ordinateurs identiques « radiodurcis » pour résister aux rayons cosmiques. Ils utilisent tous deux un microprocesseur RAD750 fondé sur le PowerPC 750 d’IBM fournissant une puissance de 200 MHz. C’est la configuration d’un Mac G3 commercialisé au début des années 2000. Il est alimenté électriquement via une pile à combustion radioactive, mis au point par Boeing.

Fréquence : 200 MHz
Mémoire :
256 Mo DRR, 2 Go Mémoire flash
Poids :
51,8 Kg

• Rosetta et Philae : Lancé le 2 mars 2004, ils sont tous deux conçus et fabriqués dans les années 90. Ils possèdent non pas la performance d’une technologie de cette époque, mais bien plus vieille. Le CNES a choisi un composant éprouvé dans les satellites, le RTX2010 de Harris/Intersil, un microprocesseur 16 bits fonctionnant à 8 MHz. Il présente des atouts décisifs pour la mission Rosetta. D’une part sa consommation électrique n’atteint que 900 mW, ce critère est crucial dans ce type d’expédition. Autre atout le RTX2010 peut encaisser jusqu’à 300.000 rads. Sachant qu’un processeur du commerce rend l’âme après avoir reçu entre 5.000 et 10.000 rads soit 30 à 60 fois moins. La sonde embarque 2 cartes de traitement dans son calculateur en redondance « à chaud », la seconde carte pouvant prendre la main à tout moment en cas de défaillance de la première.

Fréquence : 8 MHz
Mémoire : 12 mégabits

BiLOU G♺TESL’attaque du barbecue de l’espace
Partage moi si tu peux !

Poster un commentaire